Histoire de l’automobile

janvier 13, 2021 0 Par Serge Holzer
Histoire de l’automobile

Les voitures sont incroyables ! Et l’une des choses les plus étonnantes à leur sujet, c’est que personne ne les a inventées – pas une seule personne, bien sûr. Il n’y avait pas de gribouillis au dos d’une enveloppe, pas d’éclair d’inspiration, et personne ne courait dans la rue en criant “Eureka”. Toutes les différentes pièces – le moteur, les roues, les engrenages et tous les petits détails comme les essuie-glaces – se sont assemblées, en quelque sorte, très progressivement, sur une période d’environ cinq mille cinq cents ans.

Comment cela s’est-il produit ? Regardons de plus près !

Les bêtes de somme
Tout a commencé avec le cheval. Ou le chameau. Ou peut-être même le chien. Personne ne sait vraiment quel animal les hommes préhistoriques ont choisi en premier. Les gens avaient tendance à rester sur place, à vivre plus localement qu’aujourd’hui. S’ils avaient besoin de déplacer des choses, ils devaient les faire flotter sur les rivières ou les traîner en traîneau. Tout cela a commencé à changer lorsque les humains ont réalisé que les animaux qui les entouraient avaient une puissance brute qu’ils pouvaient exploiter et apprivoiser. Ces “bêtes de somme” ont été les premiers moteurs.

Les bêtes de somme

Tout a commencé avec le cheval. Ou le chameau. Ou peut-être même le chien. Personne ne sait vraiment quel animal les hommes préhistoriques ont choisi en premier. Les gens avaient tendance à rester sur place, à vivre plus localement qu’aujourd’hui. S’ils avaient besoin de déplacer des choses, ils devaient les faire flotter sur les rivières ou les traîner en traîneau. Tout cela a commencé à changer lorsque les humains ont réalisé que les animaux qui les entouraient avaient une puissance brute qu’ils pouvaient exploiter et apprivoiser. Ces “bêtes de somme” ont été les premiers moteurs.
Les civilisations antérieures ont fait de petits pas par tâtonnements. Les Grecs de l’Antiquité (les premiers vrais scientifiques) ont fait des pas de géant. Les philosophes (penseurs) grecs ont réalisé qu’une roue montée sur un axe peut amplifier une force de poussée ou de traction. Les gens ont donc compris pour la première fois la science des roues. Les Grecs nous ont aussi donné les engrenages : des paires de roues avec des dents sur le pourtour qui se bloquent et tournent ensemble pour augmenter la puissance ou la vitesse.
Les chariots et les charrettes étaient une grande avancée sur les jambes, mais ils étaient inutiles pour le cross-country. C’est pourquoi les anciens peuples du Moyen-Orient et les Méditerranéens, qui vivaient dans des zones herbeuses et des déserts, ont développé des chars plus rapidement que les Européens et les Asiatiques coincés dans les forêts et les broussailles. Les Romains ont été les premiers à réaliser qu’une voiture n’est bonne que si elle roule sur la route. Ils ont donc relié leur empire à un immense réseau d’autoroutes. Les routes romaines étaient à la pointe de la technologie. Elles avaient une base souple en dessous pour évacuer l’eau et un dessus plus dur fait d’un patchwork de rochers bien ajustés.
Les Grecs nous ont donné des vitesses, les Romains des routes, mais en ce qui concerne les moteurs, le monde était toujours coincé avec la puissance. Et les choses sont restées ainsi pendant des centaines d’années à une époque connue sous le nom d’Âge des ténèbres, le début du Moyen Âge, lorsque la science et les connaissances progressaient peu dans le monde occidental.

Les choses ont finalement recommencé à devenir intéressantes vers la fin du Moyen Âge.

En 1335, le Néerlandais Guido von Vigevano a dessiné les croquis d’une “Windwagen”. Elle comportait les trois éléments clés d’une voiture moderne : un moteur (voiles de moulin à vent en rotation), un jeu de roues et des engrenages pour transférer la puissance entre eux. Pendant la Renaissance (l’explosion de la culture et de la science qui a commencé au 15e siècle), l’inventeur italien Léonard de Vinci (1452-1519) a griffonné quelques dessins pour une voiture à mécanisme d’horlogerie. Comme une montre géante, elle était censée être actionnée par des ressorts qui entraînaient les roues par un système d’engrenages. Même si ces deux idées n’ont pas permis de parcourir beaucoup de kilomètres, la voiture automotrice se mettait lentement en place et les jours du cheval semblaient comptés.

Chariots de feu

Le développement majeur suivant a eu lieu en 1712 lorsque “le très ingénieux M. Thomas Newcomen” (comme ses amis l’appelaient) a construit une machine massive pour pomper l’eau de pluie des mines de charbon. Elle était basée sur un énorme cylindre métallique de 2 mètres de haut avec un piston à l’intérieur qui pouvait se déplacer de haut en bas comme le piston d’une pompe à vélo.
De temps en temps, la vapeur d’une chaudière (une sorte de gigantesque bouilloire à charbon) jaillissait dans l’espace du cylindre situé sous le piston. Puis de l’eau froide était injectée pour faire condenser la vapeur, créant ainsi un vide partiel directement sous le piston. Comme la pression de l’air dans l’espace au-dessus du piston était maintenant plus élevée que celle de l’espace en dessous, le piston s’est déplacé vers le bas. Lorsque le vide a été relâché, le piston est remonté. Le piston qui monte et descend actionne une pompe qui aspire lentement l’eau de la mine.
À l’origine, ces machines étaient appelées “machines à feu” – après tout, elles étaient alimentées par la combustion du charbon – mais elles sont rapidement devenues des machines à vapeur lorsque les gens ont réalisé que le contrôle de la vapeur était la clé pour les faire fonctionner plus efficacement. L’une de ces personnes était un Écossais du nom de James Watt (1736-1819). En 1764, Watt a redessiné la machine de Newcomen pour qu’elle soit à la fois plus petite et plus puissante. Là où le piston de Newcomen avait simplement fait basculer une poutre de haut en bas, le moteur de Watt faisait tourner les roues et les engrenages. Vous souhaitez acheter votre 1ère voiture ? Ce site https://nyon.news/conseil-achat-1ere-voiture/ vous aidera !