Questions sur l’augmentation mammaire ?

augmentation mammaire

 

SI LES SEINS ÉTAIENT ASYMÉTRIQUES, Y AURAIT-IL UNE SOLUTION ?

En général, la majorité des femmes qui n’ont pas subi de chirurgie souffrent d’une légère asymétrie. Si après la mammoplastie cette asymétrie devenait très évidente, une opération de retouche serait effectuée pour la corriger.

QUELLE EST LA DURÉE DE VIE DES PROTHÈSES ?

Elle ne peut être affirmée avec certitude, et elle peut être très variable, elle peut même durer toute une vie dans certains cas : Les prothèses actuellement utilisées sont de très haute qualité et beaucoup plus résistantes que les modèles que nous avions il y a des années. Bien que ces caractéristiques puissent conduire à l’optimisme quant à leur durée, il faut souligner qu’il existe un faible risque de rupture précoce (dans les 10 premières années) et que la possibilité de rupture va logiquement augmenter avec le temps. Étant donné que la durée d’un implant n’est pas la même chez différentes femmes, il est important de reconnaître que, même si ce n’est pas très probable, il y a un risque de rupture, et que le vrai problème est que nous ne savons pas à qui et quand cela va arriver. Heureusement, nous disposons de moyens d’imagerie (ultrasons et résonance magnétique mammaire) qui parviennent à diagnostiquer très tôt la rupture de l’implant, ce qui ne nous permet de la résoudre qu’en changeant l’implant. L’équipe médicale de Clínica Planas recommande d’utiliser ces moyens périodiquement pour évaluer l’intégrité de la prothèse (échographie au moins tous les deux ans pendant les dix premières années de vie de l’implant, effectuer la première résonance vers la dixième année de vie de la prothèse et ensuite faire l’échographie annuellement et répéter les résonances tous les 5-10 ans).

UN COUP FORT PEUT-IL ENDOMMAGER LA PROTHÈSE ?

Uniquement en cas d’accident très grave où une partie de la capsule est cassée. Si la capsule est attachée à la prothèse, une hernie de son contenu peut survenir. C’est une hypothèse très improbable.

LA PROTHÈSE PEUT-ELLE EXPLOSER LORS D’UN VOYAGE EN AVION ?

La réponse est un non catégorique.

LE POIDS DE LA PROTHÈSE PEUT-IL FAIRE TOMBER LE SEIN ?

Non, tant que la taille de l’implant est adaptée au patient. Cependant, il y a des femmes qui demandent des prothèses exagérées, certaines exceptionnellement faites sur mesure, qui pourraient faire tomber le sein. Dans tous les cas, il est conseillé de prendre en compte les recommandations de votre chirurgien.

Normalement, oui. La patiente qui subit cette intervention peut allaiter à l’avenir, sauf dans des cas exceptionnels où, pour des raisons spécifiques au sein, cela n’est pas possible.

MALGRÉ LES CICATRICES, EST-IL POSSIBLE DE PRENDRE UN BAIN DE SOLEIL EN BIKINI OU SANS LA PARTIE SUPÉRIEURE ?

De petits bikinis peuvent être utilisés, car les cicatrices seront complètement cachées. Après la troisième semaine, il est possible de prendre un bain de soleil sans soutien-gorge, protégeant ainsi la cicatrice des rayons. Enfin, après un an, vous pouvez prendre un bain de soleil directement sur la ligne cicatricielle.

LES MAMMOGRAPHIES SONT-ELLES ENCORE FIABLES APRÈS AVOIR SUBI CE TYPE D’INTERVENTION ?

Oui, les mammographies sont tout aussi fiables et il n’est pas nécessaire d’augmenter leur fréquence. Dans certains cas, les mammographies peuvent nécessiter un peu plus de projection pour couvrir les espaces qui pourraient recouvrir la prothèse.

UNE PROTHÈSE MAMMAIRE PEUT-ELLE CAUSER LE CANCER ?

Non, pas du tout. Il a été démontré qu’il n’existe aucun lien entre le cancer et les prothèses mammaires.

COMMENT PUIS-JE ÊTRE SÛR QUE LA PROTHÈSE A ÉTÉ IMPLANTÉE ?

Le règlement du Ministère de la Santé et de la Consommation prévoit la délivrance d’un bon d’échange qui doit comporter les coordonnées de l’implant posé – marque, volume, etc.) ainsi que celles du chirurgien.

DANS QUELS CAS L’INTERVENTION PEUT-ELLE ÊTRE CONTRE-INDIQUÉE ?

La mammoplastie, comme tout autre type d’intervention, n’est pas recommandée lorsque le patient souffre d’une maladie susceptible d’interférer avec le processus chirurgical ou si une réaction possible à une anesthésie est détectée. C’est pourquoi il est indispensable de réaliser une étude mammaire préalable avec mammographie ainsi qu’un examen médical complet. Il est également nécessaire que les seins aient terminé leur développement pour pouvoir réaliser l’intervention.

Où peut-on poser des prothèses ?

Les approches les plus courantes pour la pose de prothèses mammaires sont : périaréolaire, sous-mammaire et axillaire. Le choix dépend essentiellement de la préférence de la patiente, bien qu’il existe certaines limites, telles que la taille de l’aréole, le plan où sera placé l’implant, l’existence d’une ptose mammaire (seins tombants), la possibilité d’empêcher la réalisation d’études spécifiques pour le cancer du sein comme le “ganglion sentinelle”, etc.

Il est rare qu’ils puissent être implantés à travers l’abdomen, dans le cas où cette opération est combinée à une chirurgie esthétique de l’abdomen ou au moyen d’instruments spécialement conçus dans le cas de l’utilisation d’implants avec solution physiologique.

La chirurgie d’augmentation mammaire laisse-t-elle des cicatrices ?

Heureusement, la chirurgie d’augmentation mammaire avec prothèse, nous permet de placer les cicatrices de manière assez dissimulée, ce qui est très pratique pendant les premiers mois après l’opération. Pour clarifier ce point sur l’évolution de la cicatrice, nous allons expliquer les différentes périodes par lesquelles les cicatrices vont inévitablement passer :

a) Période immédiate :

Elle comprend les 30 premiers jours qui suivent immédiatement l’opération et les cicatrices sont à peine visibles. Dans certains cas, des réactions à la suture ou au matériau de cicatrisation peuvent se produire.

b) Période à mi-parcours :

Elle va du 30e jour au 12e mois. Au cours de cette période, on observe un épaississement naturel des cicatrices, ainsi qu’un changement de leur couleur, qui peut passer du rouge intense au brun, qui devrait s’éclaircir avec le temps. Ce stade est le moins favorable des périodes d’évolution des cicatrices et celui qui inquiète le plus les patients. Comme nous ne pouvons pas accélérer le processus naturel de guérison, nous recommandons aux patients de ne pas s’inquiéter car, dans une période ultérieure, ce même processus de maturation de la cicatrice sera responsable de la réduction des vestiges de la cicatrice.

c) Période tardive :

Il va du 12ème au 18ème mois. Pendant cette période, la cicatrice commence à changer de couleur et de texture, la couleur devient plus claire et la texture est moins dure et cela continuera jusqu’à ce que vous ayez l’aspect final de vos cicatrices. Toute évaluation de l’intervention, concernant les cicatrices, doit être faite après cette période.

Où sont situées les cicatrices ?

Les cicatrices sont situées dans la zone de l’aréole. Dès les premiers jours après l’intervention, vous pourrez porter un décolleté assez généreux, puisque les cicatrices seront toujours dans un endroit très discret. Avec le temps, ils s’amélioreront et auront tendance à s’estomper jusqu’à ce que, dans certains cas, il soit très difficile de les distinguer.

Certains patients ont des cicatrices très visibles, pourquoi cela se produit-il ?

Certains patients ont une tendance à la cicatrisation hypertrophique ou à la cicatrisation chéloïde. Cette tendance peut toutefois, dans certains cas, être prévue dans une certaine mesure lors de la consultation initiale ; lorsque nous posons des questions sur les antécédents familiaux de la maladie, ce qui permet dans de nombreux cas de pouvoir donner un pronostic sur l’avenir des cicatrices.

Mais de manière générale, on peut dire que les personnes à la peau claire et aux traits caucasiens (blancs) n’ont pas tendance à avoir des problèmes de cicatrices hypertrophiques ou chéloïdes. En revanche, les personnes à la peau brune ou franchement foncée sont davantage prédisposées à présenter des problèmes de cicatrices chéloïdes ou hypertrophiques.

Comme tout en médecine, cette caractéristique n’est pas une règle absolue ; l’analyse du contexte familial et personnel facilitera le pronostic de la cicatrice.

Existe-t-il une correction pour les cicatrices hypertrophiques ?

Plusieurs ressources cliniques et chirurgicales nous permettent d’améliorer l’apparence des cicatrices non esthétiques au bon moment. Une anomalie de la cicatrice ne doit pas être confondue avec l’aspect de la cicatrice dans la période secondaire de la cicatrisation. En tout cas, tout doute sur l’évolution de votre cas doit être clarifié par votre chirurgien et jamais avec vos amis qui, comme vous, appréhendent aussi le résultat final.

À quoi ressembleront mes nouveaux seins en termes de taille et de consistance ?

Il est possible d’augmenter le volume des seins par la chirurgie, ainsi que d’améliorer leur forme et leur consistance. Dans ce cas, vous pouvez choisir le nouveau volume car nous avons différentes tailles de prothèses en silicone à appliquer. Seules des prothèses pré-moulées seront utilisées, ce qui nous donnera la meilleure option en termes de résultat esthétique.

Il doit toujours y avoir une relation harmonieuse entre la taille des seins et la taille du thorax de chaque patiente, une relation qui doit être préservée pendant la planification et l’élaboration de la chirurgie afin d’obtenir le meilleur résultat esthétique à la fin. Les seins ainsi exploités passeront par plusieurs périodes d’évolution :

a) Période immédiate :

Elle dure jusqu’au 30e jour après l’opération. Pendant cette période, les seins auront un aspect nettement amélioré en termes de forme et de volume, très proche du résultat prévu. Aucun sein ne sera parfait dans l’immédiat.

b) Période moyenne :

Elle va du 30ème jour au 3ème mois post-opératoire. Pendant cette période, les seins présentent une évolution vers leur forme définitive. Les caractéristiques de cette période sont un moindre degré de “gonflement”, ainsi qu’une amélioration de l’apparence des cicatrices. Cependant, malgré l’amélioration de l’apparence des seins et le résultat de l’intervention, cette situation s’améliorera encore plus avec le passage à la période tardive.

c) Période tardive :

Cela va de 3 mois à 12 ou 18 mois après l’opération. À ce stade, le sein va acquérir son aspect définitif en termes de caractéristiques de taille, de forme, de consistance, de volume, de sensibilité, etc. C’est à cette période que nous prenons habituellement des photos des cas opérés, afin de comparer les résultats avec l’aspect préopératoire de chaque patient.

Il a une grande importance dans le résultat final, le degré d’élasticité de la peau, ainsi que le volume de la prothèse introduite, ceci varie de cas en cas.

Combien de temps faudra-t-il pour obtenir le résultat final ?

Bien que le résultat immédiat soit très bon, ce n’est que dans la phase dite tardive, entre 12 et 18 mois après l’opération, que les seins acquièrent leur forme définitive.

Les prothèses mammaires provoquent-elles des cancers ?

Non.
Les prothèses mammaires sont en place depuis plus de 40 ans. Pendant tout ce temps, il n’y a eu aucune preuve scientifique établissant un lien entre les implants mammaires et le cancer du sein.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code