Qui est tokkie Jones ?

Die Antwoord est le groupe préféré de millions de fans depuis près d’une décennie. Il est vrai que j’ai fait partie de ces millions de fans, mais cet aveu n’est pas sans remords. Die Antwoord (et les projets connexes antérieurs) est l’un des groupes de musique les plus problématiques du 21e siècle sur le plan social, politique et culturel.

Nous devons parler de ce qui se passe avec Die Antwoord. Maintenant.

En tant qu’ambassadeurs médiatiques sud-africains en Occident, ils ont été critiqués pour avoir porté des visages noirs dans de nombreux clips et s’être approprié des éléments culturels de groupes ethniques sud-africains à des fins de divertissement et de profit. Certains Sud-Africains ont publiquement dénoncé leur soutien à Die Antwoord et à ses deux principaux membres : Watkin Tudor “Ninja” Jones et Anri “Yolandi Visser” du Toit. Il y a quelque chose d’exceptionnellement dérangeant sur le plan racial dans le fait que deux Sud-Africains blancs ayant reçu une éducation privée transforment la culture Xhosa et Afrikaner de l’après-apartheid en marchandise, afin de la commercialiser auprès d’autres nations colonisées. Oui, je comprends que Yolandi elle-même est Afrikaner. Je comprends également qu’elle fait partie d’un groupe avec un homme qui ne partage pas cet héritage et qui a affirmé que le racisme en Afrique du Sud était “une chose du passé”.

Au-delà d’une apparente réticence à reconnaître leur contribution au racisme sud-africain moderne (voire son existence), d’autres comportements douteux ont fait surface tout au long de la décennie et demie de collaboration entre Ninja et Yolandi. Ils ont été accusés de préparer un petit groupe d’adolescents à voler les œuvres d’art utilisées pour créer le thème esthétique de Die Antwoord, de leur fournir de l’alcool et de l’herbe et de les convaincre de signer des contrats. Bien qu’aucune de ces pratiques ne soit directement liée à des allégations d’agression sexuelle, elles constituent des exemples importants de l’absence de responsabilité sociale par laquelle Die Antwoord ont utilisé leur célébrité et leurs privilèges.

Au fil des ans, les attitudes de Ninja envers les femmes et la sexualité sont allées de l’étrange au carrément misogyne. Ses philosophies non conventionnelles concernant la “rétention du sperme” et l’énergie masculine que le fait de ne pas éjaculer peut apporter, ont été bien documentées depuis la sortie de The Ziggurat de The Constructus Corporation. Les fans du groupe ont remarqué la tendance de Ninja à interrompre Yolandi lors des interviews, et le peu d’interviews dans lesquelles Yolandi reçoit le même temps ou la même attention. Une citation d’un journaliste musical basé en Eswatini, qui a vécu en Afrique du Sud pendant plusieurs années, sur le comportement prédateur de Ninja :

… Watkin Tudor Jones n’est pas seulement un vrai con, c’est un prédateur sexuel hostile à part entière qui pense pouvoir s’en tirer parce qu’il est “célèbre” et “dans le personnage”.

Zheani Sparkes, artiste et musicienne australienne de 25 ans.

Le 7 mars, la musicienne, mannequin et artiste australienne Zheani a sorti son nouvel album, The Line. L’album rappelle le son puissant post-Crystal Castles qu’Alice Glass a trouvé ces dernières années dans sa carrière solo. Je dis cela pour deux raisons : musicale et personnelle. Le dernier morceau, “The Question”, est une dissertation très pointue qui affirme que Ninja de Die Antwoord s’est intéressé à elle en raison de sa ressemblance avec sa fille Sixteen, que Yolandi était bien informée et complice de son conditionnement (et de celui d’autres fans), qu’il l’a forcée à accomplir des rituels sexuels cauchemardesques, et qu’elle était l’une des femmes figurant sur les photos explicites que Ninja aurait montrées à des femmes sur le plateau de Chappie.

Ninja est, entre autres, accusé d’avoir sollicité des relations sexuelles auprès de jeunes femmes sous prétexte qu’elles ressemblent à sa fille, Sixteen. Dans deux posts Instagram intitulés “CLOUT CHASER” parties 1 et 2, Yolandi a répondu aux allégations. Elle accuse Zheani de “clout chasing”, c’est-à-dire d’avoir inventé une histoire afin de profiter de la notoriété de Die Antwoord pour promouvoir son nouvel album.

La réaction des médias sociaux a été prévisible, à l’image de ce qui s’est passé après l’affaire MeToo. La controverse a divisé les fans de Die Antwoord entre ceux qui croient l’histoire de Zheani et ceux qui croient celle de Yolandi. Ceux qui croient Yolandi ont épuisé leur lot de diatribes sur la culpabilité des victimes. S’ils sont vraiment coupables, alors pourquoi a-t-elle attendu près de six ans avant de révéler ces allégations au grand jour ? La question préférée de tous : pourquoi n’a-t-elle pas porté plainte à la police, comme si aller à la police dans un pays étranger pour porter plainte contre une célébrité internationale était si simple.

Après avoir publié “The Question”, Zheani a reçu un avis de cessation et d’abstention, auquel elle ne renonce pas. Elle a été harcelée par d’innombrables fans de Die Antwoord, soit parce qu’ils ne la croyaient pas, soit parce qu’ils étaient simplement furieux de lever le voile sur leur groupe de musique préféré. Elle a reçu des menaces de violence. La communauté Die Antwoord et les fans de musique en général peuvent, doivent, être meilleurs que cela. Vous pouvez écouter et soutenir vos artistes préférés sans faire partie d’une ruche abusive, harcelant quelqu’un que vous n’avez jamais rencontré.

Ceux qui croient Zheani, cependant, n’ont dans la plupart des cas malheureusement rien apporté de plus significatif à la discussion – et ont réutilisé les mêmes platitudes faussement éveillées utilisées pour soutenir inutilement les survivants d’abus sexuels. Tout comme on a demandé à Zheani pourquoi elle ne s’était pas adressée aux autorités, on a demandé à Yolandi si elle n’était vraiment pas coupable, pourquoi elle en parlait sur Instagram au lieu de s’adresser à un avocat pour diffamation ou de garder le silence ? (Le duo a depuis engagé un avocat. Il s’agit d’un déni de culpabilité de leur part).

Quelqu’un qui s’est présenté avec une histoire très sérieuse de traumatisme mérite plus que des hashtags sur le fait d’être cru et une armée de médias sociaux. Elle mérite quelqu’un qui est prêt à essayer de changer complètement la façon dont la société identifie et traite les traumatismes sexuels. Le fait d’alimenter le récit “est-ce arrivé ou non ?” qui coopte si souvent les appels aux agressions sexuelles, ne fait rien d’autre que de perpétuer les mêmes dynamiques dangereuses qui entourent chaque cas d’agression sexuelle : le potentiel d’invalidation du traumatisme, le fait que deux personnes peuvent sortir d’une expérience avec des réponses psychologiques complètement différentes, et l’oubli total du fait qu’un traumatisme peut se réaliser à n’importe quel moment d’une relation.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code