Une brève histoire de l’argent

En octobre 2008, un programmeur pseudonyme du nom de Satoshi Nakamoto a publié un livre blanc dans lequel il décrit un protocole pour une monnaie numérique décentralisée. Il a appelé ce protocole Bitcoin. Quelques années plus tard, Satoshi a disparu sans laisser de trace, mais la technologie qu’il a créée allait changer le monde.

Le bitcoin est aujourd’hui un phénomène mondial. Mais pourquoi a-t-il été créé ? Pourquoi a-t-il pris son envol à ce moment-là ? Et pourquoi a-t-il réussi là où ses prédécesseurs ont échoué ?

Il est tentant de commencer un tel cours en parlant de cryptographie ou de chaînes de blocs, mais si nous voulons comprendre ces choses à partir de principes de base, nous devons commencer encore plus simplement. Pour comprendre pourquoi les cryptocurrences ont été inventées, il faut d’abord comprendre quel problème elles étaient censées résoudre. D’un point de vue macro-économique, les Demande de prêt ont quelque chose à avoir dans le développement rapide de ce phénomène.

Nous allons donc commencer par essayer de répondre à la question simple : qu’est-ce que l’argent, et pourquoi est-il apparu ?

Les origines de l’argent

Imaginez que nous soyons deux agriculteurs du néolithique. Vous avez du grain, j’ai des vaches, et nous décidons tous les deux de faire du commerce. Cet échange direct de marchandises est connu sous le nom de troc.
Le troc semble beau en principe, mais le troc est terriblement inefficace. C’est parce que le troc souffre de la double coïncidence des besoins. Pour qu’un échange ait lieu, les deux parties doivent vouloir l’objet exact que l’autre personne est prête à échanger.

Que se passe-t-il si Jeannette veut une vache de Jules, tandis que Jules veut du grain de Serge et Serge veut de la laine de Sophie ?

Dans une économie de troc, ce marché ne peut pas s’effacer, et tout le monde est obligé d’attendre que la configuration parfaite des échanges arrive sur le marché. Cela signifie que de nombreux échanges, par ailleurs souhaitables, n’auront jamais lieu.

Les anthropologues pensent qu’il est peu probable que l’argent provienne réellement du troc, mais il est néanmoins instructif de traiter le troc comme un cas de base. Il arrive souvent qu’une marchandise soit très demandée dans une économie et que cette marchandise commence à dominer le commerce. Cette marchandise peut être du bétail, des ignames ou, si vous êtes en prison, des cigarettes. Si cette marchandise se répand suffisamment, elle devient effectivement une forme de monnaie, appelée monnaie marchandise. Mais la plupart des formes de monnaie marchandise ne sont pas très évolutives, et les marchandises les plus appréciées avaient tendance à différer d’une société à l’autre.

La première proto-monnaie observée a pris la forme d’objets de collection. Les objets de collection sont de petits objets, le plus souvent homogènes, tels que des coquillages ou des perles. Les objets de collection sont généralement durables, faciles à stocker ou à cacher, difficiles à trouver ou à forger, et faciles à évaluer. Ils constituent donc des formes de monnaie plus robustes que de nombreuses formes de monnaie de commodité comme le bétail.

Perles de wampum.

L’adoption des objets de collection comme monnaie durable a été déterminante dans l’évolution humaine. Les tribus se spécialisaient souvent dans la chasse d’une espèce particulière, mais en raison des migrations animales, une tribu donnée pouvait avoir très peu de nourriture pendant certaines parties de l’année. En recherchant des objets de collection pendant la basse saison de chasse, ils pouvaient faire du commerce avec d’autres tribus dont les proies étaient en haute saison et qui avaient donc un excès de nourriture. Grâce au commerce des objets de collection, la nourriture pouvait être distribuée plus uniformément dans le temps et toutes les tribus étaient mieux loties.

Certains historiens affirment que l’argent provenait des objets de collection, et d’autres prétendent que l’argent provenait du crédit. Dans ce contexte, le crédit se réfère à la simple comptabilisation humaine des faveurs : Je te laisse emprunter quelque chose, et j’espère que tu me rembourseras plus tard. Compte tenu de la nature étroite des tribus humaines, il est possible que le crédit ait dominé de nombreuses relations sociales.

Même lorsque les tribus humaines se sont installées à l’ère néolithique, les villages étaient généralement petits et très soudés. Ainsi, la plupart des gens connaissaient la solvabilité des uns et des autres. Il était possible d’avoir une ardoise de longue durée à la taverne locale lorsque le barman vous connaissait, ainsi que votre famille et votre statut dans la société. Avec le temps, les relations de crédit de ce type se sont transformées en billets à ordre, et se sont directement échangées dans une économie locale.

Mais les systèmes de crédit informels ne s’étendent pas jusqu’aux villes, où il est impossible pour tout le monde de connaître tout le monde. Pour orchestrer des sociétés plus importantes, il faut en fin de compte un système monétaire mature. Voir aussi : https://www.ch.ch/fr/financer-propriete-logement/ pour en savoir plus !

Il existe une croyance communément admise selon laquelle l’argent que nous avons dans nos poches a toujours eu les mêmes caractéristiques et que les systèmes monétaires sur lesquels repose la valeur de l’argent sont relativement immuables dans le temps.

Cependant, presque imperceptiblement, tout au long de l’histoire de l’humanité, les changements de la valeur de la monnaie ont été beaucoup plus habituels et constants que nous ne pouvons l’imaginer, même dans une ère de stabilité, de croissance, de prospérité et de progrès supposés comme celle dans laquelle nous avons été plongés au cours du siècle dernier.

Mais avant de passer en revue les nouvelles récentes qui nous touchent directement, nous allons revenir quelques siècles en arrière, afin d’expliquer le processus de dévaluation de la monnaie.

Nous nous plaçons momentanément en 27 avant J.-C., au milieu de l’Empire romain, au moment où César Auguste est proclamé premier empereur.

Évidemment, à cette époque, il n’y avait pas de billets de banque et les pièces étaient utilisées comme monnaie dans laquelle un métal noble était mélangé à d’autres moins précieux. La monnaie romaine était le denier.

À l’époque d’Auguste, un denier était composé de 95 % d’argent et de 5 % d’autres métaux. En d’autres termes, de l’argent presque pur.

Si l’empereur manquait d’argent pour pouvoir payer, par exemple, ses soldats lors d’une guerre, une façon de s’en procurer était de multiplier le nombre de pièces émises et, en l’absence d’argent, la façon la plus rapide et la plus pratique de s’en procurer était de réduire le pourcentage d’argent contenu dans une pièce.

Un siècle plus tard, sous l’empereur Marcus Uppius Trajan, maître de l’empire, le pourcentage d’argent dans un denier avait été réduit à 85 %. Au moment de l’arrivée au pouvoir de Marcus Aurelius, le denier ne contenait plus que 75 % d’argent.

Les empereurs romains ont commencé à prendre goût à la réduction de la teneur en argent du denier. Au IIIe siècle, le denier d’argent était devenu une pièce ronde de bronze plaquée d’argent.

D’après son apparence extérieure, les Romains portaient la même pièce dans leurs poches, mais en réalité, la teneur en argent avait pratiquement disparu en seulement trois siècles et son poids avait été réduit de 3,90 à 1,70 grammes.

L’argent qui n’a pas de valeur intrinsèque est appelé monnaie fiduciaire, car il est établi comme richesse par décret. Historiquement, la plupart des sociétés ont utilisé une forme de marchandise ayant une certaine valeur intrinsèque comme moyen de paiement ; la monnaie fiduciaire est donc la norme dans la plupart des économies actuelles. Ce type de pécule est appelé monnaie-marchandise. L’or est l’exemple le plus répandu. Lorsque les gens utilisent l’or (ou la monnaie papier échangeable en or) comme moyen de paiement, on dit que l’économie est sur un étalon-or. Ce système était souvent utilisé à la fin du XIXe siècle. L’or est une forme de monnaie-marchandise qui peut être utilisée à diverses fins, telles que la bijouterie, la dentisterie, ou pour des transactions.

Il n’est pas surprenant que dans toute société, aussi primitive soit-elle, une forme d’argent-marchandise apparaisse pour faciliter les échanges. En ce sens, les gens sont prêts à l’accepter, comme dans le cas de l’or, car il a une valeur intrinsèque. Cependant, l’apparition de la monnaie fiduciaire est plus déroutante : quel phénomène peut se produire pour que les gens accordent de la valeur à quelque chose qui n’a pas de valeur intrinsèque ?

De la marchandise à la monnaie fiduciaire

Pour comprendre la transition de la monnaie marchandise à la monnaie fiduciaire, imaginons une économie où les gens portent des sacs d’or. Lors de l’achat d’un bien, d’un produit ou d’un service, l’acheteur mesure ce qu’il considère être la bonne quantité d’or. Si le vendeur est convaincu que le poids et la pureté de l’or sont corrects, l’échange a lieu.

Le gouvernement pourrait intervenir dans le système monétaire pour aider les gens à réduire les coûts de transaction. L’utilisation d’or non raffiné a un coût, car il faut du temps pour vérifier sa pureté et mesurer la bonne quantité. Pour réduire ces coûts, le gouvernement frappe des pièces d’or de pureté et de poids connus. Les pièces sont plus faciles à utiliser que les lingots d’or et leur valeur est reconnue par la population.

La procédure suivante consiste à collecter l’or auprès du public en échange de certificats, c’est-à-dire de papier qui peut être échangé contre la valeur de l’or livré. Ces billets ont autant de valeur que l’or lui-même, à condition que le peuple accepte la promesse de paiement de l’organisme gouvernemental. En outre, comme ils sont plus légers que l’or (et l’or), ils sont plus faciles à utiliser dans les transactions. Il n’est pas fortuit que personne ne porte d’or et que ces billets officiels, garantis par l’or, deviennent un étalon monétaire.

En conclusion, l’adossement à l’or n’est plus pertinent. Si les gens ne se donnent pas la peine d’échanger des billets de banque contre de l’or, personne ne se soucie de l’abandon de cette option. Tant que tout le monde continuera à accepter les billets de banque en papier comme moyen d’échange, ils continueront à avoir de la valeur et à servir de patrimoine. Vu sous cet angle, la monnaie-marchandise devient de la monnaie fiduciaire. Notez que l’utilisation de pièces ou de papier-monnaie pour effectuer des échanges est, dans une large mesure, une convention sociale ; ainsi, tout le monde valorise la monnaie fiduciaire simplement parce qu’il s’attend à ce que les autres la valorisent également.

Le rôle de la monnaie en tant que moyen d’échange a évolué au cours de l’histoire. A tel point qu’aujourd’hui sa valeur intrinsèque est inférieure à la valeur qu’elle représente. Voulez-vous nous rejoindre dans ce voyage à travers l’histoire de la monnaie ?

L’humanité a toujours fait tout son possible pour couvrir ses besoins. L’un des moyens d’obtenir ce qui lui manquait était le troc, c’est-à-dire l’échange d’une marchandise qu’elle avait en excès contre une autre. Ainsi, la laine était échangée contre un type d’arme, ou le poisson contre du blé.

Cependant, le troc était un système peu pratique dans de nombreuses situations, car il rendait toujours douteuse la valeur des produits à échanger. C’est pourquoi ils ont cherché un élément qui soit généralement accepté dans les processus d’échange : c’est ainsi qu’est née la monnaie marchandise.

La monnaie marchandise

Par définition, la monnaie marchandise est un bien qui a la même valeur en tant qu’unité monétaire qu’en tant que marchandise (or, pierres précieuses…). La marchandise choisie comme monnaie devait avoir les qualités suivantes : elle devait être durable, transportable, divisible, homogène et en quantité limitée.

Le problème des métaux précieux était qu’il fallait vérifier leur pureté et leur qualité à chaque échange, ce qui n’était pas facile ! Avec la frappe de pièces, ce problème a été évité.

Au Moyen Âge, les orfèvres offraient des services de garde pour les métaux précieux et autres objets de valeur. Ils ont ainsi introduit le papier-monnaie, qui était garanti par des dépôts d’or ou d’argent, d’une valeur égale à celle des certificats.

Argent fiduciaire

La monnaie fiduciaire ou de signe est un bien qui a une très faible valeur en tant que marchandise, c’est-à-dire que sa valeur intrinsèque est inférieure à la valeur qu’elle représente, mais elle conserve cette valeur en tant que moyen d’échange parce que les individus ont confiance que l’émetteur sera responsable des pièces de papier ou de monnaie frappées et veillera à ce que la quantité émise soit limitée. En bref, la valeur intrinsèque du papier est pratiquement nulle, mais sa valeur est avalisée par l’émetteur.

La valeur du papier-monnaie actuel repose précisément sur la confiance de chacun dans le fait qu’il sera accepté comme moyen de paiement par les autres, et sur le fait que les autorités économiques ont spécifiquement déterminé qu’il a cours légal.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code