Qu’est-ce que la chirurgie esthétique, de toute façon

novembre 13, 2020 0 Par Serge Holzer
Qu’est-ce que la chirurgie esthétique, de toute façon

La définition de la chirurgie esthétique a peut-être toujours été quelque peu subjective, mais je crois que récemment, elle l’est devenue davantage. À un extrême, on pourrait soutenir que presque toute opération réalisée de manière à éviter le défigurement ou la distorsion et à minimiser les signes visibles de l’intervention chirurgicale pourrait être qualifiée d'”esthétique”. Selon cette norme, une hystérectomie produisant une cicatrice bien placée, symétrique et peu distractive pourrait être considérée comme un exemple de chirurgie esthétique.

J’imagine que pratiquement tous les lecteurs de cette revue ne seraient pas d’accord !

Bien que de nombreux types de chirurgie aient une composante esthétique et puissent produire un résultat plus ou moins esthétique, il semble évident que cela ne les qualifie pas nécessairement de chirurgie esthétique.
J’ai toujours soutenu que toute opération sur le sein féminin est une procédure esthétique et, à l’exception de la réduction mammaire (qui traite en fait les symptômes), tous nos autres efforts visent à restaurer l’image de soi, l’estime de soi et la confiance en soi. Nous pourrions même affirmer que toute opération du visage et du nez relève également de la catégorie de la chirurgie esthétique. Nous jugeons toujours nos résultats en matière de reconstruction mammaire, faciale et nasale autant, sinon plus, sur la qualité esthétique que sur toute restauration fonctionnelle.
La ligne la plus fine, et sans doute la plus susceptible d’être brouillée, est la différence entre la chirurgie esthétique (cosmétique) et la chirurgie plastique reconstructive. Aujourd’hui, il n’est pas rare de voir des chirurgiens plastiques intituler leurs articles et leurs présentations avec des expressions telles que “reconstruction esthétique du sein” ou “reconstruction esthétique du nez” et parler de “chirurgie esthétique reconstructive” en tant qu’entité.2,3 Cela implique-t-il une tendance croissante parmi les chirurgiens plastiques et les spécialistes de la chirurgie connexe à ne pas faire de distinction entre la chirurgie esthétique et la chirurgie reconstructive ?

Officiellement, il existe une distinction assez nette.

Selon la définition en 1989, “la chirurgie esthétique est pratiquée pour remodeler les structures normales du corps afin d’améliorer l’apparence et l’estime de soi du patient”. Il définit la chirurgie reconstructive comme une chirurgie “pratiquée sur des structures anormales du corps, causées par des défauts congénitaux, des anomalies de développement, des traumatismes, des infections, des tumeurs ou des maladies”. Elle est généralement pratiquée pour améliorer le fonctionnement, mais peut aussi être faite pour se rapprocher d’une apparence normale”.4 Bien sûr, c’est cette dernière ligne qui est particulièrement sujette à interprétation.

Il a accepté la définition, qui figure dans la section publique de son site.

Il occupe vraisemblablement la même position officielle ou une position similaire, bien que je n’aie rien trouvé de spécifique sur son site web.
Bien avant que il ne s’attaque aux définitions, le chirurgien écrivait, en 1598, à propos de la reconstruction nasale : “Nous restaurons, reconstruisons et remettons en état les parties … que la nature a données mais que la fortune a enlevées, non pas tant pour le plaisir de l’œil que pour la stimulation de l’esprit et l’aide aux esprits. “6 Bien que ses paroles soient le plus souvent citées dans le contexte de la chirurgie reconstructive, les remarques devraient également trouver un écho chez les chirurgiens esthétiques, dont le travail est orienté vers l’estime de soi des patients. Il est intéressant de noter que il a eu de nombreuses occasions de pratiquer sa technique de reconstruction nasale étant donné la forte incidence de la déformation du nez en selle, un stigmate social inquiétant compte tenu de son association avec l’épidémie de syphilis de cette période7.
Comme le laisse entendre l’observation perspicace , le résultat d’une opération de reconstruction est jugé non seulement par son succès restaurateur, mais aussi par sa qualité esthétique. Il en a toujours été ainsi, mais à mesure que les techniques reconstructives se sont améliorées, les attentes en matière de résultats esthétiques ont également augmenté. Je pense que ces attentes croissantes ont contribué à brouiller la distinction entre chirurgie esthétique et chirurgie reconstructive. Bien qu’il ne fasse absolument aucun doute que la capacité à produire des résultats esthétiquement supérieurs en chirurgie reconstructive est une réalisation formidable, il est néanmoins essentiel que nous continuions à faire la différence entre la chirurgie purement esthétique et l’importante composante esthétique de la chirurgie reconstructive.

L’une des raisons les plus convaincantes de cette distinction est d’ordre pratique.

Notre système de santé reconnaît la nécessité médicale de la chirurgie reconstructive et, par conséquent, dans la plupart des cas, les assurances sont prêtes à la payer. C’est évidemment essentiel pour le bien-être des patients. Prenons par exemple la mammoplastie de réduction : dans un effort pour réduire la subjectivité de la définition de la chirurgie mammaire d’un patient particulier comme étant esthétique ou reconstructive, la plupart des compagnies d’assurance définissent cette dernière en termes de quantité minimale requise d’ablation de tissus – une pratique très imperméable à l’évolution de la médecine. Nous vous conseillons https://netgo.fr/site-152-docteur-riccardo-marsili pour en savoir plus encore !