Téléphonie IP : la fin du monde tel que nous le connaissons ?

janvier 18, 2021 0 Par Quantino Tarantino

tlephone IP adresse

 

 

Nous entendons de plus en plus souvent dire que la technologie vocale traditionnelle, y compris le PBX standard, suit la voie de la clé télégraphique et du Pony Express : des systèmes de communication précieux et fonctionnels sont remplacés par de nouvelles technologies plus grandes, meilleures et moins coûteuses. Les réseaux de voix et de données, autrefois séparés et distincts, sont en train de fusionner en un seul réseau. Le PABX est mort ou mourant, pour être remplacé par des serveurs de téléphonie en réseau. Les ordinateurs sont doublés par rapport aux téléphones. La gestion de ce nouvel environnement technologique est plus facile et plus efficace, et ces gains d’efficacité se traduisent par des économies?est la fin du monde tel que nous le connaissons.

Les preuves de cette révolution abondent. Les départements des télécommunications relèvent désormais du même patron que leurs homologues des réseaux : le directeur de l’information. Les vendeurs de télécommunications préparent leurs arguments de vente afin de remporter la décision influencée par les TI Certains PBX fonctionnent sur des serveurs NT ; certains nœuds de PBX sont connectés sur des dorsales ATM. Et notre vieil ami, le protocole Internet (IP), est en train d’être combiné avec la technologie des télécommunications pour former un nouvel hybride dynamique : la téléphonie IP, aussi appelée voix sur IP (VoIP). Et surtout, grâce à la téléphonie IP, les appels téléphoniques sont gratuits ! Ouah !
Votre patron en a entendu parler ?

Téléphonie IP

Aux fins du présent article, nous appellerons les technologies susmentionnées de manière générique téléphonie IP en Suisse , c’est-à-dire des systèmes vocaux basés sur l’ordinateur et utilisant le protocole Internet pour circuler sur des réseaux de données. Les communications vocales traditionnelles ont longtemps été basées sur le numérique, y compris les téléphones, la commutation, la signalisation, etc. ; ce dont nous parlons ici, ce sont les applications les plus récentes des technologies informatiques et de réseau pour les communications vocales.

Une fois de plus, les professionnels de l’informatique sont donc confrontés à un problème familier : comment séparer la réalité du battage publicitaire, c’est-à-dire le prochain Navigator du prochain Newton, le prochain Ethernet du prochain Arcnet. La révolution est-elle réelle ou simplement l’invention d’une machine à hype médiatique trop active ? Le PBX est-il vraiment mort ?

Plus précisément, étant donné que cette nouvelle technologie jouera effectivement un rôle dans la prochaine génération d’équipements et de services de télécommunications, quels sont les composants et les systèmes que les responsables informatiques devraient acheter maintenant, qui devraient être mis en œuvre plus tard et qui ne seront jamais rentables ? Quel sera l’impact de la téléphonie IP sur les budgets informatiques ? Qu’adviendra-t-il des services offerts aux étudiants, aux enseignants et au personnel ? Comment la gestion des opérations, la dotation en personnel informatique et la structure organisationnelle du département informatique seront-elles affectées ?
Et n’oubliez pas les utilisateurs finaux (½t).

Ce point de vue offre une perspective sur ces questions. Il examine également la manière dont les professionnels des TI peuvent comprendre la “révolution” de la téléphonie IP et son impact potentiel sur leur campus et leur carrière, et il suggère des stratégies pour faire face à la technologie et au battage médiatique à court et à long terme.

Qui ? est-ce que ? ½s le Buzz ? Convergence

La téléphonie IP est une composante de base de ce que le secteur appelle généralement la convergence. La convergence est la fusion des technologies voix, données, vidéo et multimédia – des entités autrefois disparates – en une technologie unique, unifiée et basée sur le numérique. Cette nouvelle technologie englobe :

Le transport et l’infrastructure – un réseau qui transporte désormais tout le trafic électronique sur le même réseau câblé physique, à la fois sur le campus et vers et depuis le monde extérieur.
Les serveurs téléphoniques : ordinateurs (souvent basés sur Unix ou NT) qui résident sur le réseau du campus et qui convertissent (mettent en paquets) les appels traditionnels en protocoles de réseau, puis les acheminent sur des réseaux de données publics ou privés.

Visiter : https://fr.wikipedia.org/wiki/Voix_sur_IP

Interface utilisateur et intégration téléphonie-informatique — un seul appareil, c’est-à-dire le PC, gère toutes les transmissions de manière transparente et intégrée (appels vocaux, accès aux bases de données, vidéoconférence, accès au Web, courrier électronique, télécopies, etc.)
Gestion – un ensemble d’outils qui gère désormais tous les aspects des opérations du réseau, de la gestion du réseau et de la facturation.

L’avantage évident de la convergence est qu’au lieu d’avoir beaucoup de choses à acheter, à installer, à gérer, à apprendre à utiliser et à payer – câbles, connexions, appareils, outils – il n’y a qu’un seul de ces éléments. Moins de pièces mobiles signifie (théoriquement) des opérations plus fluides, des clients plus heureux, une gestion plus facile et des coûts réduits. Et comme l’appel vocal utilise la bande passante inutilisée du réseau de données, la voix roule essentiellement gratuitement sur l’infrastructure de réseau existante.

 

La mort du PBX

Aussi convaincants que soient ces avantages, rares sont les experts de l’industrie qui prédisent sans équivoque la mort du PABX. De nombreuses raisons expliquent cette réticence à prendre le train en marche : d’une part, il existe actuellement une très large base de clients relativement satisfaits du PBX, qui consentent des investissements substantiels dans l’équipement, l’infrastructure et la gestion. Les gestionnaires qui se contentent d’un investissement technologique solide et fiable sont peu susceptibles de sauter sur l’occasion d’adopter la dernière et la meilleure technologie.

D’un point de vue technique, la technologie des PBX n’est pas tant remplacée qu’elle évolue vers un système plus léger, plus flexible et plus ouvert qui peut vivre sur le réseau de données. Cette transformation ressemble beaucoup à celle de l’ordinateur central des années 80.

 

Avant l’avènement du PC, les mainframes étaient la façon dont l’informatique était faite sur le campus (et partout ailleurs). Les ordinateurs centraux étaient grands et centralisés, utilisant des systèmes d’exploitation et des réseaux propriétaires. Ils étaient spécifiques à une mission, câblés et rigides. Il s’agissait de systèmes autonomes auxquels on n’accédait que par des terminaux débiles. Ils étaient très complexes, monolithiques et coûteux.

Si vous connaissez l’architecture et le rôle du PBX de base, ces caractéristiques devraient vous sembler familières. Comme son cousin le système téléphonique traditionnel est propriétaire, centralisé, vivant sur son propre réseau, complexe, monolithique et coûteux à posséder et à exploiter. Il est également à usage unique, non intégré à d’autres systèmes et inflexible.

Les PC sont arrivés en force au milieu des années 80 et ont changé le paradigme informatique, passant d’un ordinateur central/terminal à un client/serveur en réseau. Pourtant, plutôt que de subir la mort si souvent prédite, ces gros systèmes mainframe ont évolué pour devenir de bons citoyens corporatifs : ils vivent maintenant sur le réseau de données ; ils partagent les données électroniquement avec d’autres systèmes ; ils sont basés sur des principes ouverts, basés sur des normes ; et au lieu d’une architecture monolithique, ils sont maintenant évolutifs et conçus de manière à ce que des boîtiers plus petits et distribués puissent être couplés entre eux.

Comme l’ordinateur central, le PBX évolue vers le monde des systèmes ouverts en réseau. Le PBX peut désormais partager la même infrastructure de câbles, les mêmes bases de données, le même système d’exploitation et la même architecture client/serveur, et même les mêmes connexions au monde extérieur au campus, qui sont utilisées par le réseau de données. Ce qui était autrefois complexe à gérer se fait maintenant d’un clic de souris (plus ou moins). Ce qui était centralisé est de plus en plus souvent distribué sur le campus. Ce qui était lourd est maintenant flexible. En bref, le PBX, comme le mainframe, n’est pas coulé. Il n’est pas mort par révolution. L’adaptation par l’évolution.

Il est temps de passer à la téléphonie numérique ?

La question demeure de savoir quand (et si) il faut mettre en œuvre la téléphonie IP sous une forme ou une autre. Il est bien beau de soutenir que la technologie vocale standard est et restera viable dans un avenir prévisible. Mais vos clients (et votre patron !) voient des articles et des publicités vantant les mérites des appels longue distance gratuits sur Internet, et ils pourraient bientôt exiger de savoir ce que vous faites à ce sujet, s’ils l’ont déjà fait. Nous aimons à qualifier ce phénomène de “péril du magazine de bord”.

Les décideurs informatiques sont souvent confrontés à ce genre de problème, et les critères utilisés pour décider de la mise en place de la téléphonie IP sont les mêmes que ceux utilisés pour toute décision technologique. À notre avis, quatre facteurs majeurs motivent le passage à une nouvelle technologie. Ces facteurs sont (1) l’économie, (2) l’évolution des exigences fonctionnelles et/ou techniques, (3) l’amélioration de la gérabilité, et (4) le battage médiatique.

Pour qu’un changement technologique soit réussi et, ce qui est tout aussi important, justifiable, il faut que l’économie et au moins un autre facteur soutiennent le changement (et le battage publicitaire compte). Notre équation pour une décision solide en matière de technologie est donc la suivante : Économie + (exigences et/ou gérabilité) ¿½ Hype = décision technologique réussie. Voici un aperçu des avantages et des inconvénients de la téléphonie IP pour chacun de ces facteurs.