vélo moyen de transport écologique

 vélo moyen de transport écologique, vélo écologique

En cette année qui s’annonce comme le début d’une révolution des déchets, nous nous penchons sur certains des équipements de cyclisme les plus durables sur le marché

Si vous avez décidé d’être plus écolo en 2021, vous n’êtes certainement pas le seul. Une chose est sûre : le mouvement en faveur du développement durable est en plein essor. Et si vous lisez ce sentiment un peu suffisant que vous faites déjà votre part en faisant du vélo partout, vous voudrez peut-être vous arrêter une seconde pour réfléchir à l’essentiel… Le casque ? Plastique à usage unique. Une bouteille d’eau ? Mousqueton. Housse de selle ? Vous avez compris.

Et comme nous apprenons que toutes les brosses à dents que nous avons possédées (plus de 100 pour un trentenaire moyen) existent encore aujourd’hui, il est peut-être temps de repenser certaines de nos habitudes de consommation. Cela ne veut pas dire que vous devez remplacer tout votre matériel par des alternatives plus écologiques (tout ce que cela ferait, c’est créer plus de déchets !), mais peut-être que la prochaine fois que vous serez à la recherche d’un nouveau kit, vous voudrez peut-être envisager de choisir un produit de remplacement plus durable.

Les marques de vélos écologiques n’en sont qu’à leurs débuts, mais il existe heureusement des entreprises et des personnes brillantes qui créent déjà de beaux kits à partir de matériaux durables. Voici quelques-uns de nos préférés…

Selle

Selle très élégante, le vélo est fabriquée en caoutchouc naturel, en coton organique, en aluminium et en acier. Conçue pour résister à l’épreuve du temps, la Cambium est à la fois durable et confortable. Aimée par les cyclistes d’endurance, la forme de la selle contribue à réduire les vibrations de la route, ce qui améliore le confort lors des randonnées de longue distance. Les prix varient de 95 à 320 CHF selon le style et le modèle de la selle, ce qui, bien qu’un peu coûteux, ne peut pas mettre un prix sur une selle sans douleur.

 

Housses de selle

Une bonne façon d’ajouter du confort et du style à votre selle actuelle est de mettre la main sur un couvre-selle. Fabriquées à partir de meubles de design danois recyclés, les housses sont toutes en édition limitée et sont dans le style de Scandi. Vous pouvez choisir entre des tailles fines et moyennes dans une gamme de matériaux comprenant la laine et le cuir, et vous pouvez même en obtenir un qui s’adapte à un vélo pour rendre votre trajet domicile-travail légèrement plus élégant. Les couvre-selles ont été créés pour mettre un terme à ce redoutable sac en plastique qui recouvre le look de la selle. Non seulement ils garderont vos fesses au sec en cas de pluie ou de neige, mais ils vous offriront aussi une couche de confort supplémentaire lors des journées plus ensoleillées et plus sèches.

Sacoches

Après une belle sacoche sans plastique qui se transforme en sac à main ? Les sacoches ne sont pas plus élégantes que la gamme Linus. Fabriqués en toile cirée, ces sacs d’allure patrimoniale se déclinent dans une gamme de couleurs discrètes et peuvent être portés à l’épaule ou, bien sûr, attachés à votre porte-sac.

Casque

Bien que vous n’alliez pas souvent acheter un casque, il s’agit toujours d’un objet à usage unique car il doit être remplacé après un accident. Et comme la plupart des casques sont fabriqués à partir de polystyrène expansé, ils sont incroyablement lents à se biodégrader et très difficiles à recycler. Il n’existe pas encore de solution de remplacement courante, mais il existe maintenant des modèles innovants disponibles à l’achat.

Les gars d’une société fabriquent des casques en bois sur commande et les expédieront en Suisse. Vous pouvez même leur proposer votre propre idée de design sur mesure et, si c’est possible, ils la produiront pour vous en utilisant du bois et du liège durables afin qu’elle ne souffre pas de la dégradation par les UV comme peuvent le faire les casques en plastique et en mousse. Gardez également un œil sur les casques en carton (ils peuvent résister à trois fois plus d’impact qu’un casque standard en polystyrène), les casques en bambou et les alternatives en résine de lin – tous ces produits devraient bientôt arriver sur le marché.

Sangles de cheville

Sangles de cheville. Ce n’est pas la pièce la plus agréable du kit de cyclisme, mais elle est très pratique et indispensable si vous faites régulièrement du vélo dans votre pantalon préféré sans lycra. Nous adorons les bracelets de cheville de Green Guru fabriqués à partir de pneus et de chambres à air de vélo recyclés – l’équipement de cyclisme ne peut pas être plus durable que cela ! Cette entreprise soucieuse de l’environnement a jusqu’à présent recyclé pour un million de livres de déchets pour produire son équipement, et elle fabrique également toute une gamme de sacs, de sacoches et d’autres accessoires.

Cet article vous à été proposé par https://veloelectrique.ch

Connaître les avantages et les soins de la bicyclette comme moyen de transport urbain : elle s’impose dans le monde comme un moyen de transport alternatif bon pour la santé et l’environnement.

Dans les pays européens, et dans certains pays asiatiques, la bicyclette est un moyen de transport très répandu parmi les habitants. On estime que 800 millions de bicyclettes roulent chaque jour dans le monde, ce qui présente des avantages non seulement pour les personnes mais aussi pour la protection de l’environnement.

Alors pourquoi ce moyen de transport n’est-il pas si largement utilisé par les citoyens ? Nombreux sont ceux qui se plaignent de l’insécurité de leur ville comme d’un obstacle à une utilisation régulière. D’autres font valoir que la géographie de leurs villes n’est pas propice à leur utilisation et que même les automobilistes ne respectent pas leur rythme, ce qui les expose à des accidents de la circulation.

Pour ces raisons et bien d’autres encore, l’utilisation des bicyclettes en Colombie est, pour la plupart, de nature sportive. Mais, si vous n’y avez pas pensé, utiliser votre vélo comme moyen de transport, même pour de courtes distances, peut être bénéfique pour votre santé, l’environnement et même votre portemonnaie. Apprenez-en davantage sur les avantages de l’utilisation d’un vélo comme moyen de transport :

Des avantages pour votre santé

L’utilisation d’un vélo peut améliorer votre santé physique et émotionnelle.

Il favorise le fonctionnement du système cardiovasculaire, tonifie les muscles et améliore la capacité pulmonaire.

  • Réduit le taux de cholestérol dans le sang.
  • Aide à améliorer la coordination motrice.
  • C’est un excellent exercice d’aérobic qui permet de lutter contre les risques de surpoids et d’obésité.
  • Réduit le niveau de stress et améliore l’humeur.
  • Il peut s’agir d’une excellente alternative pour réunir les familles autour du sport.
Avantages pour l’environnement

Une ville où la circulation des vélos dans les rues est importante est assurément une ville respectueuse de l’environnement, car elle contribue à réduire les niveaux de pollution environnementale et les niveaux de monoxyde et de dioxyde de carbone, d’hydrocarbures et d’autres particules qui favorisent la pollution atmosphérique.

C’est grâce à ces avantages que de nombreuses villes dans le monde visent l’utilisation massive des bicyclettes comme alternative pour la mobilisation des personnes. Dans certaines villes, les gouvernements encouragent les programmes de développement de politiques publiques qui favorisent l’utilisation de la bicyclette, comme la construction de pistes cyclables, la location de bicyclettes publiques et d’autres projets novateurs qui ont permis une augmentation significative de l’utilisation des véhicules à deux roues sur le continent.

Le transport à bicyclette est une pratique totalement écologique car elle favorise la réduction de la mission des gaz toxiques dans l’environnement et l’adoption de modes de vie sains pour les personnes.

Avantages pour la prise en charge de l’économie familiale

En utilisant la bicyclette, vous économiserez également beaucoup d’argent, car vous ne dépenserez pas en taxes, en essence, en stationnement, en péages, en frais d’entretien, en paiement des tarifs des transports publics, etc.

Soins

Si vous avez déjà décidé d’utiliser votre vélo pour vos déplacements quotidiens, vous devez prendre quelques précautions pour que vos trajets soient sûr.

  • Portez les bonnes chaussures. Il est préférable de porter des chaussures confortables pour éviter les entorses ou autres problèmes de pieds.
  • Utilisez toujours un écran solaire pour éviter les maladies de la peau, comme le cancer de la peau, dues à une exposition prolongée au soleil.
  • N’oubliez jamais de porter un casque et des vêtements clairs pour vous aider à être vu par les autres conducteurs la nuit ou dans des conditions météorologiques difficiles.
  • Si possible, protégez vos yeux avec des lunettes ou des lentilles pour empêcher le smog ou la pollution atmosphérique d’affecter votre vision.
  • Évitez d’utiliser des écouteurs et autres distractions qui nuisent à votre concentration lorsque vous conduisez votre vélo.
  • Respectez toujours les feux de circulation.

Si vous avez des problèmes cardiaques, musculaires ou osseux, consultez votre médecin avant de décider de faire du vélo fréquemment.

L’importance de la bicyclette est évidente pour des milliards de citoyens de la planète Terre, pour qui elle est le principal moyen de locomotion au-delà de leurs propres pieds (ce n’est pas en vain que la production mondiale de bicyclettes continue d’augmenter, étant deux fois et demie supérieure à celle des automobiles). Pour des milliards d’autres citoyens du monde, la bicyclette est un rêve qui répondrait à leurs aspirations à une mobilité indépendante. Cependant, pour la plupart des citoyens des pays riches et des hommes politiques du monde entier, la bicyclette a fini par être considérée comme un jouet ou un article de sport, sans grand impact sur la mobilité quotidienne.

Même les pays les plus cyclistes du monde développé, sont fiers du fait que dans certaines de leurs villes, les vélos représentent entre 20 et 30 % de tous les déplacements. Des chiffres qui, lorsqu’ils sont exprimés en pourcentages, non pas du nombre total de déplacements, mais du nombre total de kilomètres parcourus (ce qui importe), sont considérablement réduits, inférieurs à 5 % même dans les calculs les plus optimistes.

Quant aux planificateurs, aux politiciens et aux faiseurs d’opinion, leurs prévisions pour la bicyclette ne vont guère au-delà, dans la plupart des cas, de la considérer comme un véhicule approprié pour des distances inférieures à 5 km et toujours à l’intérieur d’une même ville, distance ridicule par rapport à ce que tout cycliste un tant soit peu régulier peut parcourir sans effort. Ce n’est que très récemment que les planificateurs ont commencé à prendre au sérieux ce que les cyclistes  savent depuis longtemps :

La bicyclette est un véhicule parfait pour des distances allant jusqu’à au moins 20 km et, en combinaison avec les transports publics, elle peut vous emmener partout.

Le modèle de mobilité individuelle fondé sur l’utilisation massive de la voiture individuelle est-il la source de tout le problème ? Techniquement, tout autre type de mobilité (de personnes ou de marchandises) peut être résolu de manière durable par des transports électriques de grande capacité, alimentés de manière externe au véhicule (trains, tramways, trolleybus…) puisque le système électrique lui-même peut être alimenté par des sources renouvelables.

Mais si nous essayons d’étendre le modèle tout électrique à la voiture particulière elle-même, en l’alimentant par le véhicule lui-même, nous nous heurtons immédiatement à d’énormes problèmes de durabilité si nous voulons maintenir, ne serait-ce que légèrement, les performances de nos voitures à essence modernes : batteries lourdes, temps de recharge excessifs, difficultés de recyclage des matériaux, consommation d’énergie excessive pendant la phase de fabrication… Il n’est pas surprenant que l’efficacité des subventions actuelles à la voiture électrique ait été remise en question par nul autre que le plus prestigieux magazine d’ingénieurs électriciens du monde, qui, à propos de la voiture électrique, titrait “Impropre à toute vitesse” sur sa couverture en juin dernier.

Un changement de paradigme est donc nécessaire, qui ne peut être le remplacement pur et simple des transports privés par les transports publics, comme le prétendent certains planificateurs à courte vue. Il n’est pas possible de mettre fin aux urbanisations à faible densité réalisées à l’image et à la ressemblance de l’automobile, mais où, qu’on le veuille ou non, vivent déjà des millions de personnes. Dans de tels environnements, on ne peut pas parler de transport efficace sans parler de la bicyclette, qui décuple le rayon d’action des arrêts de transports publics, réduisant d’un facteur la densité des stations nécessaires pour couvrir une zone donnée.

Le vélo (et dans des endroits particuliers le vélo électrique à pédalage assisté, avec une consommation électrique dérisoire par rapport à la voiture)  apparaît ainsi comme le chaînon manquant mais nécessaire entre la marche et les transports publics, sans lequel la chaîne de la mobilité durable est rompue. Avec la révolution industrielle, les villes ont perdu leur échelle humaine, ce qui ne reviendra pas, sauf au prix d’une catastrophe sociale que personne ne peut souhaiter. Mais le vélo, lui aussi enfant de la révolution industrielle, est venu se racheter.

Portabilité : si nous aimons voyager et connaître le vélo, nous pouvons trouver d’excellents modèles de vélos électriques pliants. Ils sont confortables et faciles à transporter et nous évitent de louer un tour de ville.
Vérifions les accessoires : parfois, le bon marché est cher. Il existe des vélos électriques moins chers mais, si l’on y prête attention, ils manquent d’accessoires utiles et nécessaires tels que des lumières ou des rétroviseurs. Si nous devons les acheter en plus, le coût augmentera.

Faites attention au type de batterie : les modèles de vélos varient mais les batteries sont généralement de 2 types : lithium ou plomb. Les batteries au plomb sont moins chères, lourdes et ont une courte durée de vie. Les piles au lithium sont légères, durent deux fois plus longtemps, mais sont un peu plus chères. La chose intelligente à faire est de penser que leur durabilité justifie et amortit l’investissement.

La moto, mieux éclairée : Il est vrai que le moteur fait le gros du travail. Mais la première impulsion est de pédaler, le vélo électrique doit donc être confortable, léger et facile à transporter, à manier. Veillons à ce que la batterie ne soit pas encombrante, que le poids soit réparti, qu’elle ne soit pas lourde à porter.

Temps de charge de la batterie : Si l’utilisation est pour les loisirs ou les passe-temps, avec l’ordre et le calendrier de la charge, nous serons bien. Mais si l’utilisation est professionnelle et quotidienne, il faut prendre en compte le temps de charge. Si la batterie se charge lentement, cela prendra environ 8 heures. Les batteries à charge rapide atteignent leur pleine capacité en 3 heures ou moins.

Freins : La conduite est importante, mais le freinage l’est tout autant. Les freins les plus courants sur ce type de vélo sont les freins à disque. Certains modèles modernes sont équipés de freins hydrauliques. Cependant, il n’y a pas de freins comme ceux qui correspondent le mieux à nos propres goûts et usages.

Nous devons considérer le vélo électrique comme un investissement intelligent, davantage en ces temps où nous cherchons à nous déplacer de manière individuelle et indépendante. Les vélos électriques sont un moyen de transport confortable, agile et pratique qui nous permet de rester actifs et dont le système de fonctionnement est durable et écologiquement responsable.

 

Lire aussi cet article pour plus d’information : https://mad-geneve.ch/impact-velo-sur-lenvironnement

 

 

1 Trackback / Pingback

  1. comment bien faire du vélo de route - Vie genevoise

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code